7 clés de succès pour optimiser les dispositifs E-Learning dans votre entreprise

Dans un article précédent, je vous proposais de découvrir le Top 5 et le Flop 5, soit les principaux avantages et inconvénients, liés aux formations à distance. Parmi les freins et obstacles rencontrés face au E-Learning 2.0, je pointais entre autres la communication entre apprenants, la place de la formation en contexte professionnel ainsi que la diffusion des contenus et informations.

Pour poursuivre sur cette lancée, je vous invite à découvrir à présent 7 clés de succès afin d’assurer le bon fonctionnement de vos parcours E-Learning au sein de votre entreprise :

7 clés de succès pour optimiser les dispositifs E-Learning dans votre entreprise
Découvrez 7 clés de succès pour optimiser les dispositifs E-Learning dans votre entreprise et éviter l'échec de votre formation en ligne.

1. Maximiser les possibilités d’interactions, de partages et d’échanges

Il s’agit d’un point crucial : la démotivation des participants est le premier facteur d’abandon dans les formations en ligne. Parmi les éléments influençant le plus cet abandon, le manque de contacts et d’interactions est celui qui revient le plus souvent.

L’importance des relations sociales n’est donc plus à démontrer : pour réussir votre formation et prévenir les risques de démotivation des apprenants, il est primordial de donner à vos participants l’occasion d’échanger entre eux, de poser leurs questions et d’y répondre. Plusieurs outils sont à votre disposition pour cela : forums, messageries instantanées, classes virtuelles et systèmes de visioconférence.

2. Organiser des travaux d’équipe et la co-construction d’outils

Dans la continuité du facteur précédent, organiser des travaux d’équipe permettra de générer davantage d’engagement de la part des apprenants, et aussi favoriser une meilleure dynamique de groupe virtuelle.

Au niveau des outils disponibles, on retrouvera le panel cité dans le point précédent, auquel on pourra rajouter des systèmes de travail collaboratif, tels que les wikis et le partage de documents. On pourra ainsi demander aux participants de réaliser une synthèse sur un thème spécifique ou encore de construire ensemble leurs propres outils. Attention toutefois de proposer des tâches suffisamment intéressantes et réalistes en terme de timing.

3. Prévoir du temps de formation sur le lieu de travail

On considère trop souvent à tort que les employés prendront du temps sur leur vie privée pour se former. Prévoyez donc, au moment d’implanter la formation dans l’entreprise, d’obtenir l’accord et le consentement des managers et responsables d’équipes pour que les employés disposent du temps nécessaire à consacrer à leur formation sur leur lieu de travail : un préalable indispensable en termes de communication interne pour éviter un sabotage de la part des N+1.

4. Ne pas « gaver » vos apprenants

Les formations « en entonnoir » sont à proscrire, au risque de provoquer chez les participants une sévère indigestion ! Tout comme dans les formations en présentiel, veillez donc à respecter une certaine cohérence au sein des séquences d’apprentissage et évitez de disperser des tonnes d’informations de manière condensée. Cela se traduirait par une inévitable surcharge cognitive, et des résultats totalement contre-productifs en terme d’apprentissage.

5. Mettre en place un dispositif de formation mixte

Si vous disposez de ressources humaines suffisantes et si le contexte géographique le permet, n’hésitez pas à inclure dans votre formation une ou plusieurs séances en présentiel. Vos participants auront ainsi la possibilité d’échanger et de partager entre eux de vive voix et en face à face, ce qui contribuera à une meilleure dynamique de groupe et une ambiance plus chaleureuse.

Idéalement, prévoyez de mettre en ligne les contenus plus « théoriques » et de réserver les séances en présentiel pour les échanges ainsi que les partages d’idées et d’expériences entre apprenants.

6. Prévoir des supports pédagogiques variés

Un des aspects les plus bénéfiques de l’E-Learning, c’est de pouvoir faire profiter à vos participants de la magie des technologies de l’information et de la communication. Une séquence en ligne réussie et adaptée sera ainsi constituée d’un mélange digeste de plusieurs médias : séquences audio et vidéo, photos et présentations commentées, schémas et diagrammes sous forme d’animation, etc.

Les cerveaux droits et gauche de vos apprenants n’en seront que plus satisfaits. Et pas besoin pour cela d’utiliser des suites logicielles ou du matériel hors de prix : un simple micro, une petite caméra et une utilisation judicieuse de PowerPoint ou Keynote feront amplement l’affaire !

7. Continuer à vous former et combattre vos a priori

Messieurs les formateurs, est-il nécessaire de vous conseiller de vous former ? Personnellement je le pense (sans aucune méchanceté ou sarcasme de ma part). Comme le faisaient justement remarquer les commentaires de cet article, les formateurs ont trop souvent des a priori ou de stéréotypes concernant l’E-Learning et les nouvelles technologies.

Pourtant, utilisées à bon escient, elles peuvent constituer un levier qualitatif et apporter une réelle valeur ajoutée à votre dispositif pédagogique. Et, comme dans les formations en présentiel, les parcours E-Learning nécessitent un suivi de la part des formateurs, afin d’éviter que les apprenants ne se sentent abandonnés à leur triste sort. Pour ne pas paraphraser Morpheus, mon conseil serait donc « Free Your Mind ! » et « Don’t Be Afraid ! ».

Une charte pour la qualité des parcours E-Learning

Pour créer les conditions et le développement de parcours E-Learning de qualité, l’AWT – L’Agence Wallonne des Télécommunications – a mis en place un label de qualité E-Learning.

Je vous invite à découvrir cette charte en détails directement sur le site de l’AWT.

Retour sur la conférence SeriousGame.be 2011 : résumé, analyse et perspectives

La deuxième conférence SeriousGame.be s’est déroulée ce jeudi 26 mai 2011 à Louvain-le-Neuve. Cet événement majeur de la sphère techno-ludique en Belgique peut d’emblée être qualifié de « succès » au vu du public rassemblé (près de 470 personnes au total). Je vous propose de passer en revue le programme de l’événement, ses points forts et les perspectives d’avenir :

Retour sur la conférence SeriousGame.be 2011
Résumé et analyse de la conférence SeriousGame.be 2011 – événement majeur de la sphère techno-ludique en Belgique – qui a rassemblé près de 470 personnes.

Il y a un peu plus de deux semaines se tenait la fameuse conférence SeriousGame.be 2011. Cette deuxième édition s’est déroulée à l’Aula-Magna, à Louvain-la-Neuve (Belgique). Après une première édition réussie en 2010, les organisateurs avaient placé la barre assez haut en termes de contenu et de qualité. En termes de résultats, que dire de cette édition 2011 ?

Du côté des chiffres, l’événement fut, sans conteste un véritable succès : 18 présentations et démos, 623 inscriptions, 470 personnes présentes le jour-même, et 133 internautes ayant suivi la transmission en live streaming. Si on ajoute à cela le stands des exposants présents durant la journée, autant dire qu’on ne pouvait pas s’y ennuyer !

Personnellement je n’ai pu assister qu’aux présentations et démos de l’après-midi, consacrées aux Exergames et Learning Games. Impossible de ne pas mentionner le grand gagnant du prix « NOW.Belle » de cette année : LudoMedic, un jeu sur la thématique de la préparation à l’hospitalisation. Les autres productions qui ont particulièrement attiré mon attention cette année : R.O.G.E.R. (application médicale d’aide à la rééducation sur Xbox360), Ultimate Sales Manager et NIU Leadership Game.

Pour vous donner une idée de l’ensemble, je vous propose de découvrir quelques photos et vidéos prises lors de l’événement :

 

 

 

Les points positifs

  • J’ai beaucoup apprécié l’organisation globale de l’événement. Une gestion de main de maître dans les moindres détails : depuis l’accueil jusqu’à la salle de conférence, tout était prévu pour guider le visiteur sans qu’il n’ait à se poser de questions.
  • Mention spéciale au gardien du temps qui a parfaitement géré le timing. Dans ce genre d’événements, il s’agit souvent d’un enjeu et défi considérable. En ce qui concerne l’après-midi, en tout cas, l’horaire fixé a été soigneusement respecté, à 15 minutes près.
  • Elément assez agréable à mentionner : la présence d’un TweetWall entre les présentations. Etant donné que la salle était équipée d’un WiFi, il était tout à fait possible de tweeter en live, les discussions mentionnant le hashtag #SG11 apparaissant automatiquement sur l’écran de projection.
  • Autre excellent point : la volonté des organisateurs de focaliser les présentations sur des démos concrètes. Les présentations allaient donc droit au but, sans longues tergiversations, et permettaient d’avoir un aperçu du contenu des jeux.
  • La possibilité de pouvoir suivre l’événement en live streaming était également une excellente idée. Non nécessaire en qui me concernait cette fois-ci, mais j’avais déjà pu apprécier cette fonctionnalité l’année dernière, n’ayant pu me déplacer.

Les points à améliorer

  • Si je n’ai pas été déçu quant aux aspects technologiques des jeux présentés, j’ai été assez frustré de ne pas pouvoir en apprendre davantage sur les dispositifs pédagogiques mis en place autour des Learning Games. Suggestion pour l’année prochaine : allonger de 10 minutes chaque présentation (quitte à sélectionner moins d’intervenants) afin que l’on puisse comprendre dans quel type de dispositif s’inscrit le jeu.
  • Alors que le TweetWall fut pour moi une bonne surprise, j’ai trouvé dommage qu’il n’apparaisse que durant les transitions entre chaque présentation. J’aurais aimé un fil en continu, même durant les démos, afin que l’ensemble de la salle puisse suivre les discussions en direct.
  • Pour rebondir sur cette dernière remarque, j’ai été déçu qu’il n’y ait pas eu de séances de questions-réponses entre chaque intervention, et que les intervenants ne réagissent pas aux commentaires ou questions postées sur Twitter. Si je ne me trompe, une seule personne a régi au TweetWall : Philippe Reynaert, qui a d’ailleurs pris au premier degré un tweet de ma part (certes un tantinet provocateur, je le reconnais) concernant l’intervention du représentant du ministre Marcourt. Dommage !

Perspectives

Au vu de cet excellent cru 2011, je suis impatient de voir ce que nous réserve l’édition 2012. Avec une organisation des plus soignées et des intervenants de qualité (en grande majorité en tout cas), la barre vient de s’élever encore d’un cran. La phase de décollage est donc d’ores et déjà assurée et réussie. J’ai pour ma part toute confiance envers les organisateurs dans leur capacité à relever le défi et à prendre leur vitesse de croisière !

À noter que vous pouvez retrouver l’ensemble des présentations et démos de la journée en streaming différé sur le site officiel de l’événement.