7 clés de succès pour optimiser les dispositifs E-Learning dans votre entreprise

Dans un article précédent, je vous proposais de découvrir le Top 5 et le Flop 5, soit les principaux avantages et inconvénients, liés aux formations à distance. Parmi les freins et obstacles rencontrés face au E-Learning 2.0, je pointais entre autres la communication entre apprenants, la place de la formation en contexte professionnel ainsi que la diffusion des contenus et informations.

Pour poursuivre sur cette lancée, je vous invite à découvrir à présent 7 clés de succès afin d’assurer le bon fonctionnement de vos parcours E-Learning au sein de votre entreprise :

7 clés de succès pour optimiser les dispositifs E-Learning dans votre entreprise
Découvrez 7 clés de succès pour optimiser les dispositifs E-Learning dans votre entreprise et éviter l'échec de votre formation en ligne.

1. Maximiser les possibilités d’interactions, de partages et d’échanges

Il s’agit d’un point crucial : la démotivation des participants est le premier facteur d’abandon dans les formations en ligne. Parmi les éléments influençant le plus cet abandon, le manque de contacts et d’interactions est celui qui revient le plus souvent.

L’importance des relations sociales n’est donc plus à démontrer : pour réussir votre formation et prévenir les risques de démotivation des apprenants, il est primordial de donner à vos participants l’occasion d’échanger entre eux, de poser leurs questions et d’y répondre. Plusieurs outils sont à votre disposition pour cela : forums, messageries instantanées, classes virtuelles et systèmes de visioconférence.

2. Organiser des travaux d’équipe et la co-construction d’outils

Dans la continuité du facteur précédent, organiser des travaux d’équipe permettra de générer davantage d’engagement de la part des apprenants, et aussi favoriser une meilleure dynamique de groupe virtuelle.

Au niveau des outils disponibles, on retrouvera le panel cité dans le point précédent, auquel on pourra rajouter des systèmes de travail collaboratif, tels que les wikis et le partage de documents. On pourra ainsi demander aux participants de réaliser une synthèse sur un thème spécifique ou encore de construire ensemble leurs propres outils. Attention toutefois de proposer des tâches suffisamment intéressantes et réalistes en terme de timing.

3. Prévoir du temps de formation sur le lieu de travail

On considère trop souvent à tort que les employés prendront du temps sur leur vie privée pour se former. Prévoyez donc, au moment d’implanter la formation dans l’entreprise, d’obtenir l’accord et le consentement des managers et responsables d’équipes pour que les employés disposent du temps nécessaire à consacrer à leur formation sur leur lieu de travail : un préalable indispensable en termes de communication interne pour éviter un sabotage de la part des N+1.

4. Ne pas « gaver » vos apprenants

Les formations « en entonnoir » sont à proscrire, au risque de provoquer chez les participants une sévère indigestion ! Tout comme dans les formations en présentiel, veillez donc à respecter une certaine cohérence au sein des séquences d’apprentissage et évitez de disperser des tonnes d’informations de manière condensée. Cela se traduirait par une inévitable surcharge cognitive, et des résultats totalement contre-productifs en terme d’apprentissage.

5. Mettre en place un dispositif de formation mixte

Si vous disposez de ressources humaines suffisantes et si le contexte géographique le permet, n’hésitez pas à inclure dans votre formation une ou plusieurs séances en présentiel. Vos participants auront ainsi la possibilité d’échanger et de partager entre eux de vive voix et en face à face, ce qui contribuera à une meilleure dynamique de groupe et une ambiance plus chaleureuse.

Idéalement, prévoyez de mettre en ligne les contenus plus « théoriques » et de réserver les séances en présentiel pour les échanges ainsi que les partages d’idées et d’expériences entre apprenants.

6. Prévoir des supports pédagogiques variés

Un des aspects les plus bénéfiques de l’E-Learning, c’est de pouvoir faire profiter à vos participants de la magie des technologies de l’information et de la communication. Une séquence en ligne réussie et adaptée sera ainsi constituée d’un mélange digeste de plusieurs médias : séquences audio et vidéo, photos et présentations commentées, schémas et diagrammes sous forme d’animation, etc.

Les cerveaux droits et gauche de vos apprenants n’en seront que plus satisfaits. Et pas besoin pour cela d’utiliser des suites logicielles ou du matériel hors de prix : un simple micro, une petite caméra et une utilisation judicieuse de PowerPoint ou Keynote feront amplement l’affaire !

7. Continuer à vous former et combattre vos a priori

Messieurs les formateurs, est-il nécessaire de vous conseiller de vous former ? Personnellement je le pense (sans aucune méchanceté ou sarcasme de ma part). Comme le faisaient justement remarquer les commentaires de cet article, les formateurs ont trop souvent des a priori ou de stéréotypes concernant l’E-Learning et les nouvelles technologies.

Pourtant, utilisées à bon escient, elles peuvent constituer un levier qualitatif et apporter une réelle valeur ajoutée à votre dispositif pédagogique. Et, comme dans les formations en présentiel, les parcours E-Learning nécessitent un suivi de la part des formateurs, afin d’éviter que les apprenants ne se sentent abandonnés à leur triste sort. Pour ne pas paraphraser Morpheus, mon conseil serait donc « Free Your Mind ! » et « Don’t Be Afraid ! ».

Une charte pour la qualité des parcours E-Learning

Pour créer les conditions et le développement de parcours E-Learning de qualité, l’AWT – L’Agence Wallonne des Télécommunications – a mis en place un label de qualité E-Learning.

Je vous invite à découvrir cette charte en détails directement sur le site de l’AWT.

Top 5 et Flop 5 du E-Learning 2.0 : avantages et leviers, freins et obstacles

Il y a quelques années, de nombreux formateurs plaçaient leurs espoirs dans l’apprentissage en ligne. Pour certains, le E-Learning allait révolutionner l’apprentissage. Force est de constater que ces premières tentatives n’ont pas rencontré le succès escompté. Depuis l’avènement des médias sociaux, on constate pourtant une certaine évolution dans les dispositifs pédagogiques à distance : simple effet de mode ou réelle amélioration pour l’apprentissage ?

Suite aux partages et échanges durant les ateliers d’initiation E-Leaning organisés par l’AWT – L’Agence Wallonne des Télécommunications – Xavier Van Dieren, formateur et concepteur de parcours en ligne chez NOW.be, a mis en évidence plusieurs éléments en faveur et en défaveur de ces dispositifs. Avec son aimable autorisation, je vous propose de parcourir ensemble plus en détails le Top 5 (avantages, leviers) et le Flop 5 (freins, obstacles) des dispositifs E-Learning 2.0 dans les entreprises :

Top 5 et Flop 5 du E-Learning 2.0 : avantages et leviers, freins et obstacles
Découvrez le top 5 (avantages, leviers) et le flop 5 (inconvénients, freins) du E-Learning 2.0 et des formations en ligne en entreprise.

TOP 5 : AVANTAGES ET LEVIERS

1. Être acteur de son apprentissage

Les dispositifs E-Learning accordent une certaine liberté et un degré d’autonomie important à l’apprenant. Celui-ci peut donc s’engager individuellement dans les activités d’apprentissage proposées et porte en lui la responsabilité de son propre apprentissage.

2. Partager et échanger facilement

Grâce aux modes d’interactions présents sur la plupart des plate-formes LMS (Learning Management System), l’apprenant peut facilement partager des informations, des ressources, et échanger avec les autres participants (par exemple via les forums, wikis, messageries instantanées). L’apprentissage en ligne revêt ainsi une dimension sociale et collaborative.

3. Des modalités d’apprentissage variées

Les formateurs ont la possibilité de mettre en ligne des supports pédagogiques multimédias (séquences audio, vidéos, animations, schémas). Cette combinaison de supports variés permet de respecter les styles d’apprentissage de chacun et de solliciter l’apprenant à plusieurs niveaux (le fameux duo «Cerveau Gauche / Cerveau Droit»).

4. Apprendre à son rythme, de manière individualisée

Etant donné que les modules sont entièrement en ligne, l’apprenant a la possibilité de passer en revue plusieurs fois les supports et d’y revenir quand bon lui semble. Particulièrement utile et pratique s’il n’a pas compris du premier coup les éléments présentés.

5. Flexibilité et disponibilité

Au même titre que le point précédent, le fait que les modules se trouvent sur une plate-forme en ligne permet aux participants d’y accéder où qu’ils soient (ordinateur de bureau ou portable), même s’ils sont en déplacement (Moodle offre d’ailleurs une application pour terminaux mobiles : tablettes et smartphones). Attention toutefois au mythe de l’apprentissage « où je veux, quand je veux » qui a ses limites !

FLOP 5 : FREINS ET OBSTACLES

1. Peu de contrôle sur le contenu

Le contenu « par défaut » est arbitrairement mis en ligne par le formateur. Les apprenants n’ont donc pas la possibilité de le manipuler ou de le transformer facilement en fonction de leurs propres besoins.

2. Trop d’informations et dilution de celles-ci

La tentation est parfois forte pour le formateur de décharger dans les modules en ligne des tonnes de contenu. Si l’information est trop dense ou mal structurée, on court le risque de cour-circuiter et de rendre caduc l’apprentissage des participants (c’est ce qu’on appelle la « surcharge cognitive »).

3. Perte des contacts humains

Il s’agit d’un reproche fréquemment formulé par rapport à l’E-Learning. L’apprentissage à distance peut en effet se révéler difficile pour certains, surtout si le contexte de travail n’est pas adapté (par exemple les personnes qui font du télé-travail, qui sont socialement isolées ou en déplacement à l’étranger).

4. Risque de confusion entre vie privée et professionnelle

Je reprends ici la dernière phrase du Top 5 (« j’apprends où je veux, quand je veux »). Toutes les personnes ne sont pas disposées à consacrer du temps pour se former lorsqu’elles sont chez eux. Contrairement à ce qu’on pourrait être tenté de croire, il est illusoire de s’imaginer que les participants s’engageront dans une activité d’apprentissage sous prétexte qu’ils peuvent y avoir accès depuis n’importe quel support informatique !

5. Trop d’outils et manque de pérennité de ceux-ci

Avec l’avènement et le progrès constant des nouvelles technologies, on ne compte plus le nombre d’outils à disposition des formateurs pour créer des dispositifs E-Learning (plate-formes LMS, médias sociaux, podcasts… entre autres). Difficile donc parfois de s’y retrouver et d’avoir la garantie que ces ressources tiendront dans la durée.

Pour compléter cet article et proposer des voies de progrès, je partagerai la semaine prochaine avec vous quelques clés de succès afin d’optimiser les dispositifs E-Learning dans les entreprises, afin de les rendre utiles et efficaces.