3 conseils pour vous aider à démarrer vos parcours e-learning en entreprise

Interview de Xavier Van Dieren (NOW.be) : 3 conseils pour vous aider à démarrer vos parcours e-learning en entreprise + 1 bonus

[youtube]http://youtu.be/HdFDDUoLQZk[/youtube]

N.B RDV lundi prochain à 10h pour découvrir en détails le fameux projet dont parle Xavier à la fin de la vidéo !

9 conseils de pros pour concevoir des parcours e-learning réellement efficaces et percutants

9 conseils de pros pour concevoir des parcours e-learning réellement efficaces et percutants

Comment concevoir des parcours e-learning réellement efficaces et percutants pour vos apprenants ?

C’est malheureusement à la fin de l’étape de développement, au moment d’implémenter les parcours e-learning, que, bien souvent, les concepteurs se rendent compte qu’ils ont pu louper certaines étapes ou éléments essentiels. Perte de temps, perte d’énergie… et perte financière pour l’entreprise !

Avant de vous lancer, considérez les 9 conseils suivants pour développer et mettre en place des formations e-learning efficaces dans votre organisation :

1. Soyez méthodiques et rigoureux

Le meilleur moyen pour atteindre vos objectifs, c’est de respecter une méthode de travail, avec des étapes claires de validation. Une des méthodes les plus répandues et les plus efficaces est la méthode ADDIE :

  • ANALYZE : analyser les besoins et attentes des apprenants au sein de votre organisation,
  • DESIGN : définir les objectifs pédagogiques et concevoir les séquences d’apprentissage,
  • DEVELOPMENT : développer et produire les modules e-learning,
  • IMPLEMENTATION : mettre en place et diffuser les parcours au sein de votre organisation,
  • EVALUATION : évaluer si la formation a répondu aux besoins et si elle a été efficace.

2. Commencez par analyser les besoins, PAS par la technologie

Trop de formations e-learning misent le paquet sur les aspects technologiques, au lieu de se préoccuper des besoins réels des apprenants. Ne commettez pas cette erreur : les technologies ne sont là que pour mettre en place les dispositifs pédagogiques. Et la pédagogie doit servir les besoins des apprenants et de l’organisation.

[Tweet « Avant de produire vos parcours e-learning, focalisez-vous sur les besoins. PAS la technologie ! »]

3. Rédigez un design document

Le design document définit les contraintes (outil auteur, LMS, ligne éditoriale, style…) et les objectifs de la formation (pédagogiques et opérationnels). Il permet de donner une vision commune à toute l’équipe en charge du développement des parcours e-learning (développeurs, experts contenus, commanditaires…). Il permet également d’adopter une vue d’hélicoptère, d’assurer l’équilibre, et de ne pas oublier les activités d’introduction, de découverte, de savoir-être…

4. Pensez vos unités d’apprentissage en fragments

À partir des sous-objectifs définis au moment de l’étape de conception, fragmentez les contenus, scindez-les en micro-unités d’apprentissage, puis organisez le chaos (notamment en trouvant votre fil conducteur). N’hésitez pas à concevoir des unités relativement courtes (max. 10min) pour favoriser une meilleure implication et attention de la part des apprenants.

5. Variez, variez, variez !

Variez les types d’apprentissages, les types de contenus, ainsi que les niveaux de détails. Permettez à vos apprenants d’accéder aux contenus avec différents niveaux de lecture, via plusieurs portes d’entrée. Gardez en tête que tous les apprenants n’apprennent pas de la même manière au même moment !

6. Impliquez l’apprenant

Favorisez l’engagement et l’implication des apprenants par le jeu. Pas le jeu pour le jeu, car on n’apprend rien du jeu, mais de la leçon / du feedback qui le suit. Prenez les apprenants aux tripes en suscitant leurs émotions, en les sensibilisant avant de théoriser. Un apprenant émotionnellement impliqué apprendra toujours mieux !

7. Privilégiez le visuel

Notre culture actuelle est axée en majeure partie sur les images. Pensez donc à vos apprenants, et parlez leur avec un langage le plus visuel possible. Cela ne veut pas dire qu’il faille éviter le texte, mais peut-être à le proposer à un second niveau. Essayez dans tous les cas de l’alléger et/ou de le morceler (en fragments). Gardez à l’esprit que lire à l’écran reste, dans la plupart des situations, plus difficile que de lire un imprimé. Raison de plus pour éviter de surcharger de textes le contenu de vos modules…

8. Racontez des histoires

Les histoires peuvent parfois être très simples, comme des études de cas, des mises en situation, des métaphores ou des analogies : « Imaginez la situation suivante… ». L’objectif n’est pas de faire du cinéma. Mais cela ne vous empêche en rien d’utiliser le storytelling – l’art de raconter des histoires – pour mieux sensibiliser votre public et faire passer votre message.

9. Faites agir l’apprenant !

Mettre en branle les différents sens, tirer parti de tous les modes d’apprentissages, faire réfléchir l’apprenant… Ce n’est pas parce qu’il est derrière un écran qu’il ne peut pas agir, au contraire !

Ce n’est pas pour vous que vous réalisez des parcours e-learning !

Et nous aurons l’occasion d’en reparler demain ! Je vous ferai découvrir une interview exclusive en vidéo d’un des meilleurs experts de l’e-learning en francophonie. Il partagera notamment avec vous quelques conseils pratiques et utiles pour vous lancer dans la conception de parcours e-learning.

RDV donc demain à 10h pour découvrir la suite !… 😉

Et vous, quelle serait la baguette magique pour résoudre les problèmes / difficultés que vous rencontrez avec l’e-learning ?

Partagez vos idées en laissant un commentaire ci-dessous »

Une méthodologie en 3 étapes pour définir vos objectifs de formation e-learning et créer votre fil rouge

Comment définir vos objectifs de formation e-learning et créer votre fil rouge ?

Définir les objectifs pédagogiques de vos parcours e-learning constitue une étape IN-DIS-PEN-SA-BLE avant d’entamer la phase de conception. Ceci afin de développer des parcours cohérents, motivants et adaptés à votre public.

En effet, rien de pire que de reprendre tels quels les tables des matières de syllabus existants !

Je vous invite donc à découvrir et appliquer la méthodologie ci-dessous pour définir les objectifs pédagogiques de vos formations e-learning. Elle se compose de 3 étapes principales :

Une méthodologie en 3 étapes pour définir vos objectifs de formation e-learning et créer votre fil rouge
Découvrez une méthodologie en 3 étapes pour définir les objectifs de votre formation e-learning, et créer un fil rouge de manière simple et efficace.

1. Définir les objectifs généraux de la formation

Un objectif général consiste à identifier ce que l’apprenant sera capable de faire, une fois la formation terminée. Il vous faudra répondre à la question suivante : « À la fin de la formation, l’apprenant sera capable de… afin de… »

Notez que le « afin de… » est essentiel : il permet de relier les objectifs de la formation aux objectifs du promoteur de la formation (organisation, entreprise, organisme de formation…).

2. Découper chaque objectif général en sous-objectifs

Prenons comme exemple un objectif du type « savoir conduire une voiture ». Il s’agit d’un objectif général. Mais pour atteindre cet objectif général, l’apprenant devra passer par plusieurs sous-objectifs.

En effet, pour reprendre l’exemple ci-dessus, pour conduire une voiture, il est nécessaire de maitriser plusieurs compétences :

  • Passer les vitesses,
  • Démarrer en côte,
  • Diriger le véhicule,
  • Maitriser le freinage,
  • Connaitre le code de la route…

Avant de passer à la troisième et dernière étape, il vous faudra donc identifier tous les sous-objectifs en regard des objectifs généraux.

3. Imaginer un fil rouge

Imaginer un fil rouge – ou fil conducteur – va vous permettre de tisser un lien entre chaque sous-objectif. Ce qui, in fine, contribuera à donner un sens à l’ensemble de votre parcours e-learning.

Il s’agit sans doute de la partie la plus créative de toute la partie de conception de vos modules.

Le travail réalisé à l’étape 2 prend ici tout son sens : vous pourrez relier les sous-objectifs à des contenus / activités, et organiser ces couples entre eux dans une logique cohérente.

Créer un fil rouge, notamment sur base d’exemples, permettra de renforcer l’aspect concret du contenu de formation, de relier chaque chapitre et points de théorie à un élément tangible. Ceci afin de renforcer la cohérence de vos modules !

Comment définir vos objectifs et votre fil rouge ?

Une manière possible de réaliser cette étape consiste à travailler de manière collaborative (brainstorming) : rassemblez-vous avec vos collaborateurs, prenez une bonne dose de post-its ainsi que des marqueurs de couleurs, puis…

  1. Laissez libre cours à toutes les idées qui vous viennent à l’esprit,
  2. Regroupez les idées communes et faites le tri,
  3. Organisez les post-its de manière plus séquentielle jusqu’à obtenir un résultat final satisfaisant.

Je vous fixe rendez-vous encore une fois demain à 10h tapantes pour le troisième article de cette série spéciale consacrée à l’e-learning. Je vous y dévoilerai 9 conseils de pros pour créer des parcours en ligne efficaces et percutants !

Pourquoi et comment créer des parcours e-learning efficaces : 4 idées reçues à balayer pour affiner votre réflexion

Pourquoi et comment l’e-learning peut-il devenir une solution efficace au sein de votre organisation ?

L’e-learning est souvent considéré, à tort, comme une solution miracle dans le cadre d’une stratégie de formation en entreprise. Or beaucoup de formateurs et d’entreprises ont encore de nombreuses croyances et idées reçues concernant son efficacité :

  • L’e-learning, ça coûte moins cher que d’organiser des formations présentielles,
  • C’est plus efficace que les dispositifs traditionnels,
  • C’est plus rapide à mettre en place,
  • Ca permet aux apprenants d’apprendre où ils veulent et quand ils veulent…

Passons en revue ces 4 idées reçues à propos de l’e-learning pour démystifier certaines croyances et vous permettre d’affiner votre réflexion :

Pourquoi et comment créer des parcours e-learning efficaces
Pourquoi et dans quelles conditions l’e-learning constitue-t-il une solution efficace ? Découvrez 4 idées reçues à balayer pour affiner votre réflexion.

1. L’e-learning : moins cher que les formations présentielles ?

Pas de formateur à payer, pas de salle à réserver et à louer, pas de déplacements… l’e-learning est-il réellement moins cher que les formations présentielles ?

Dans un premier temps, la réponse est : NON ! Pour vous donner une estimation : une heure de formation en présentiel coûte environ 40 heures / hommes. Pour produire la même heure de formation en e-learning, cela revient à 350 heures !

Même si l’on constate une baisse progressive de ce coût au fil du temps, notamment grâce à la démocratisation des outils-auteurs, l’e-learning reste globalement plus cher à produire que de la formation classique pour la première heure de formation.

Par contre, au bout de la deuxième heure de formation, l’entreprise pourra commencer à réaliser de larges économies d’échelle. Pour être rentables, les modules e-learning devront donc être largement diffusés ET récurrents. C’est lorsque ces 2 conditions sont réunies que l’entreprise commencera à amortir le coût de production et d’implémentation des parcours.

La seule question à vous poser est donc la suivante : l’investissement en vaut-il la peine, dans votre situation, votre contexte et pour votre public-cible ?…

2. L’e-learning : plus efficace que la formation traditionnelle ?

Les technologies actuelles constituent un terrain de jeu exceptionnel pour les formateurs et les entreprises qui souhaitent faire passer leur message. Ceci dit, malgré les nombreuses possibilités offertes par l’e-learning (intégration de vidéos, quizz interactifs, animations sexy…), l’efficacité pédagogique n’est pas toujours au rendez-vous !

En effet, apprendre – en règle générale – constitue déjà en soi un défi, même dans les formations classiques. Or en e-learning, on rajoute une difficulté supplémentaire : un média froid (l’ordinateur), l’apprenant étant souvent seul derrière un écran. Dans ces conditions, comment maintenir l’implication et la motivation des apprenants ?

Au moment de passer à l’e-learning, il va donc falloir adapter votre mode de fonctionnement : la technologie devra se mettre au service de la pédagogie, et la pédagogie au service des besoins de vos apprenants. Rien de pire qu’un cours classique PowerPoint transposé tel quel en e-learning, c’est la catastrophe assurée !

Conclusion : l’e-learning n’est pas forcément toujours plus efficace, mais il peut le devenir. À condition de mettre en place des dispositifs technologiques adaptés aux types d’apprentissages et aux besoins de votre public-cible.

3. L’e-learning : plus rapide à mettre en place ?

Les formations e-learning sont souvent personnalisables : l’apprenant peut apprendre à son rythme et commencer au niveau qui est le sien, en fonction de ses prérequis. Si cette perspective peut être perçue comme un gain de temps, il ne faut pas oublier que le temps d’apprentissage, lui, reste identique et incompressible.

Sans parler du temps de préparation !

En effet, préparer une formation présentielle peut se faire rapidement, en une ou deux journées, et on peut adapter le contenu encore le jour même en fonction des circonstances et du retour des apprenants. Tandis qu’en e-learning, pas de place à l’improvisation : tout doit être prévu à l’avance. Il faut donc plus de préparation, plus de rigueur et plus de temps !

Réaliser un dispositif e-learning n’est donc pas plus rapide que réaliser un dispositif classique : le temps de préparation se compte en semaine, voire en mois !

Par contre, une fois réalisé, le dispositif e-learning pourra être répliqué, et sera prêt immédiatement pour les prochains apprenants.

4. L’e-learning : apprendre où je veux et quand je veux ?

En intégrant les technologies de l’information et de la communication, l’e-learning pemet plus de flexibilité que les formations classiques, voire même plus de liberté.

Par contre, l’argument « C’est où vous voulez, quand vous voulez » doit absolument être nuancé !

En effet, l’une des raisons les plus fréquentes d’échec de l’e-learning en entreprise réside dans une mauvaise organisation et planification des sessions d’apprentissage :

  • Quid des apprenants qui suivent les modules chez eux, avec les enfants qui courent et crient dans le salon ?
  • Quid des apprenants qui suivent les modules en étant interrompus toutes les 2 minutes par leur pop-up de messagerie, ou leur téléphone ?
  • Quid des apprenants en entreprise, qui reçoivent comme consigne de suivre leur formation en ligne quand ils ont « 2 minutes à perdre » ?…

Pour éviter toute désorganisation et perte de temps, il est donc crucial de mettre en place les conditions pour que l’apprentissage soit efficace : salles de formation dédiées, plannings spécifiques… et aussi impliquer les managers dès la mise en place du dispositif, afin d’éviter tout sabotage !

Alors, l’e-learning : solution miracle pour vos formations en entreprise ?…

Comme vous pouvez le constater, l’e-learning n’est donc pas nécessairement moins cher, plus rapide, plus efficace et plus flexible que la formation présentielle.

Il peut le devenir, à partir du moment où plusieurs conditions sont réunies et mises en place !

Je vous fixe rendez-vous demain à 10h pour le second article de cette série spéciale consacrée à l’e-learning. Je partagerai avec vous l’élément crucial à déterminer dès le début de la phase de conception de vos parcours. Et aussi une méthode en 3 étapes pour y arriver de manière simple et efficace.

À demain !… 🙂

Et vous, quelles sont les difficultés / problèmes que vous rencontrez dans la mise en place de vos parcours e-learning ?

Partagez votre avis en laissant un commentaire ci-dessous »

3 changements majeurs et 5 tendances possibles pour la formation et l’éducation au 21ème siècle

Qu’est-ce qui a fondamentalement changé dans le monde de la formation et de l’éducation au cours des 100 dernières années ?

Fondamentalement, les salles de cours n’ont pas changé des masses : on retrouve toujours des tables, des chaises, des tableaux (certes parfois interactifs, mais bon…).

Non, ce qui a véritablement changé en 100 ans, ce sont les apprenants et les modes de communication !

Découvrez en vidéo les 3 changements qui ont chamboulé notre paysage quotidien, et 5 tendances possibles pour le monde de l’éducation et de la formation au cours des prochaines années :

À quoi pourrait ressembler la formation au 21ème siècle : 3 changements majeurs et 5 tendances possibles
À quoi pourrait bien ressembler la formation et l’éducation au 21ème siècle : découvrez 3 changements majeurs et 5 tendances possibles en vidéo.

3 changements majeurs dans notre vie de tous les jours

1. L’explosion des médias sociaux

Augmentation du nombre d’utilisateurs des médias sociaux (Facebook, Twitter, Google+, LinkedIn, Pinterest…) : plus de 2 milliards d’utilisateurs.

2. La croissance rapide de l’utilisation des terminaux mobiles

Une adoption massive des terminaux mobiles (smartphones et tablettes) pour se connecter à Internet et surfer sur le web, et plus de 40 milliards de téléchargements d’applications mobiles sur iOS et Android.

3. Le développement massif des jeux vidéos

En 2012, le marché du jeu vidéo a réalisé un chiffre d’affaire de 75 milliards de dollars (contre 32.6 pour l’industrie du cinéma, et 16.6 pour l’industrie de la musique).

5 tendances possibles qui pourraient façonner le monde de l’éducation

1. L’implémentation progressive du modèle 70:20:10

70% d’apprentissage par l’expérience et la pratique, 20% via la collaboration et le networking, et 10% via des sessions d’apprentissage formel.

2. L’apprentissage tout au long de la vie

Notamment via le développement et le potentiel des MOOC’s (Massive Open Online Courses). L’apprentissage tout au long de la vie (lifelong learning) devient ici plus qu’envisageable.

3. La gamification de l’apprentissage

Par le développement et l’utilisation des Serious Games en entreprise, ainsi que la mise en place de dispositifs pédagogiques ludiques dans les formations présentielles (entre autre grâce aux jeux-cadres de Thiagi).

4. Le recours aux dispositifs de formation mixte (blended learning)

Combiner des sessions de formation présentielle, avec des compléments en ligne. L’alliance idéale de l’e-learning avec la formation plus traditionnelle. Un cocktail détonnant !

5. L’utilisation d’outils numériques interactifs

Boitiers de vote électronique, tableaux numériques interactifs… la part belle aux possibilité d’interactions dans les salles de classe et les auditoires.

[youtube]http://youtu.be/SMg7YZXXioM[/youtube]

Passer à l’action : l’élément-clé à prendre en compte si vous ne voulez pas que votre formation retombe comme un soufflé

Au moment de concevoir leurs parcours de formation, la plupart des formateurs se concentrent sur 2 éléments principaux : le contenu de la formation, et la forme. C’est-à-dire comment réussir à faire passer un message et à favoriser le développement des compétences de leurs apprenants.

Si la motivation et l’engagement des participants constitue un enjeu essentiel, un autre aspect fondamental est pourtant souvent négligé : l’engagement des apprenants après la formation. Dit autrement : comment faire en sorte que ceux-ci passent à l’action le plus rapidement et le plus efficacement possible après la formation elle-même.

Cet enjeu est d’autant plus capital que si les apprenants ne mettent pas en pratique leurs acquis après la formation, tous les bénéfices de celle-ci se retrouvent anéantis au bout d’un mois à peine. C’est ce que Charles Jennings évoquait notamment dans sa vidéo sur le modèle 70:20:10.

À mes yeux, il y a donc 2 raisons principales de favoriser l’engagement et permettre à vos apprenants de passer à l’action après votre formation :

  • Pour éviter que les effets de la formation ne retombent comme un soufflé,
  • Pour leur permettre d’ancrer durablement le développement de leurs compétences.

Dans le cadre de la Croisée des Blogs de ce mois et de l’événement inter-blogueurs organisé par le blog Penser et Agir, je vous propose de découvrir ci-dessous 5 pistes possibles pour permettre à vos apprenants de passer à l’action :

Passer à l’action : l’élément-clé à prendre en compte si vous ne voulez pas que votre formation retombe comme un soufflé
Découvrez pourquoi et comment engager vos apprenants et leur permettre de passer à l’action rapidement après votre formation.

1. Favorisez une dynamique ludique et participative

Avec l’arrivée progressive de la Génération Y au sein des entreprises, le monde de la formation se trouve à un tournant : les parcours sont de plus en plus axés sur un mode interactif et participatif. À bas les séances théoriques ennuyeuses durant lesquelles le formateur ne fait que réciter son diaporama PowerPoint !

L’une des activités les plus plébiscitées dans ce cadre est le jeu. Et l’expérience démontre maintenant depuis plusieurs années qu’il s’agit d’un puissant outil pour favoriser à la fois la motivation et l’engagement des apprenants en formation.

Le formateur devient alors animateur-facilitateur d’apprentissage et sort de son rôle habituel de prof. De plus, la recherche a démontré que les apprenants se souviennent mieux d’activités durant lesquelles ils ont été actifs et acteurs de leur propre développement.

2. Permettez aux participants de transposer leurs apprentissages

Favoriser la motivation des apprenants, c’est bien. Faire en sorte qu’ils puissent contextualiser leurs apprentissages c’est encore mieux !

Ne perdez pas de vue que, quel que soit le type d’activité mise en place durant votre parcours de formation, votre objectif sera de permettre à vos participants d’utiliser leurs acquis d’apprentissage concrètement sur le terrain.

Si vous organisez des jeux, veillez donc à faire suivre votre activité par un débriefing pour permettre à vos apprenants de transposer leur vécu et les outils découverts dans leur contexte professionnel.

3. Demandez aux apprenants de prendre UN engagement

À la fin d’une formation, la tendance veut qu’on réalise un rapide tour de table pour demander à chacun ce qu’il a pensé de la formation. L’idée est louable, mais tout à fait insuffisante !

Au lieu de demander aux participants d’évaluer la formation (ce qu’ils peuvent faire en dehors sans aucun problème), invitez-les à choisir chacun un objectif ou engagement personnel. Ce qui pourrait être formulé de la manière suivante :

« Choisissez un objectif / engagement que vous allez mettre en place concrètement dans le mois qui suivra ce parcours de formation »

Vous pouvez vous aider des objectifs PIANOS pour formuler un engagement de ce type. Un conseil : n’acceptez qu’UN seul engagement par participant. Mieux vaut qu’ils réussissent un objectif à fond, que de ne rien faire du tout !

4. Organisez une séance de feedback en groupe

Si vous en avez le temps et l’occasion, je vous recommande vivement de réunir vos participants quelques semaines après votre formation.

Les avantages d’une telle formule sont multiples :

  • Vous pouvez vous assurer que les engagements de chacun ont été respectés,
  • S’ils n’ont pas été respectés, c’est l’occasion de déterminer la source du problème et de trouver une solution en collaboration avec les autres membres du groupe,
  • Cela vous permet d’obtenir un feedback de leur part avec un certain recul.

5. Mettez en place un accompagnement en ligne

Les avantages et bénéfices d’un accompagnement en ligne sont comparables à ceux cités ci-dessus.

Dans le cas d’une formation inter-entreprise, cela permettra en plus au groupe de rester en contact, d’échanger entre eux et de continuer à vous poser leurs questions. Ce qui permet le maintien d’une certaine dynamique de groupe.

En terme d’engagement, il s’agit de la solution qui me semble avoir le plus d’impact en terme d’engagement à long terme.

Quels outils utiliser pour favoriser l’engagement des apprenants ?

Il existe plusieurs outils gratuits pour permettre à vos apprenants de continuer à partager et échanger avec vous et entre eux. Je pense notamment à des LMS (Learning Management System) tels que Moodle ou Claroline.

Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec ces deux solutions, notez que WordPress – agrémenté de quelques plugins, comme BuddyPress – peut constituer un choix tout à fait honorable.

Et si vous souhaitez organiser des séances d’accompagnement en live, je retiens 3 solutions payantes : Skype (payant si appels vidéo de 2 personnes ou plus), GoToWebinar et WebEx.

Et vous, comment quel engagement allez-vous choisir au moment d’organiser votre prochain parcours de formation ?

Je vous invite à partager vos questions et objectifs dans les commentaires ci-dessous »

[hr]

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs « Penser et agir, à quel moment devez-vous passer à l’action » organisé par le blog Penser et Agir.

5 clés de succès pour réussir avec brio vos prochains parcours de formation en ligne

En tant que formateurs et animateurs, vous serez de plus en plus confrontés à la nécessité de développer des parcours de formation en ligne. Ou en tout cas de compléter vos séances présentielles avec des modules E-Learning.

Les récents sondages, enquêtes et études ne mentent pas : la formation à distance ainsi que la formation mixte (connue également sous le nom de Blended Learning) connaissent un essor monumental.

Ce succès s’explique pour plusieurs raisons :

  • La possibilité de faire varier les modes d’apprentissage et de mieux satisfaire les styles d’apprentissage propres à chaque participant.
  • Poursuivre les séances présentielles par des modules en ligne favorise leur engagement et leur implication à long terme.
  • Les modules en ligne permettent de faire la part belle aux supports multimédia : vidéos, animations, diagrammes, fichiers audio…
  • Une formation 100% en ligne permet d’obtenir un ROI important (surtout pour les grandes entreprises).
  • Elle permet, en outre, de stocker des ressources à distance et offre la possibilité aux apprenants d’en proposer de nouvelles et de les partager entre eux.

Toutefois, si vous n’avez jamais eu l’habitude de développer des parcours de formation en ligne, vous pouvez être rebuté à l’idée de franchir le cap : peur de l’inconnu, malaise par rapport aux aspects techniques à gérer, difficultés à animer vos groupes d’apprenants…

C’est pourquoi je vous propose de parcourir ci-dessous mon best-of des conseils à suivre pour que vous puissiez développer vos parcours en ligne les doigts dans le nez… ou presque !

Lisez attentivement ces conseils, et prêtez attention au dernier de la liste. Vous pourriez bien être surpris 😉

5 clés de succès pour réussir avec brio vos prochains parcours de formations en ligne
Découvrez 5 clés de succès à considérer absolument pour réussir avec brio vos prochains parcours de formations en ligne et/ou mixtes.

1. Concevez de manière précise votre plan de formation

Commencez par formuler les objectifs pédagogiques que vos apprenants devront atteindre au terme de la formation. Pour ce faire, je vous invite à utiliser la méthode SMART et la taxonomie de Bloom.

Une fois vos objectifs définis, choisissez les contenus et activités pédagogiques à inclure dans votre parcours (études de cas, mises en situation, jeux de rôles, présentations…). Attention : restez cohérents par rapport à vos objectifs de départ.

2. Organisez des séquences d’apprentissage courtes et ciblées

Dans une formation en ligne, les apprenants sont bien souvent assis derrière leur écran de PC (ou de tablette). Le problème, c’est que face à un écran, notre niveau d’attention et de vigilance est beaucoup plus capricieux.

Morale à retenir : évitez que vos séquences d’apprentissage (ou sous-modules) dépassent 15-20min. Au-delà, les cerveaux de vos apprenants commenceront à voguer vers d’autres cieux… ce que vous ne voulez surtout pas !

Choisissez également de focaliser l’attention des apprenants sur un contenu ciblé. Pour plus d’efficacité, mieux vaut viser 4 séquences ciblées de 15min chacune, plutôt qu’un sous-module généraliste d’1h.

3. Maximisez les interactions entre vos participants

Le principal facteur d’échec dans une formation en ligne, c’est l’absence de motivation de la part des apprenants, en raison de leur sentiment de solitude. Certes, vous ne pourrez jamais les motiver à leur place. Et pourtant, il est impératif de mettre en place les conditions optimales pour favoriser leur engagement.

Pour pallier à la solitude de l’apprenant derrière son écran, plusieurs solutions existent : mettre en place un forum de discussion, organisez des séances de chats audio/vidéo… ou encore organiser ponctuellement une réunion présentielle (si les conditions le permettent).

En terme d’activités, faites réaliser aux apprenants des tâches collaboratives et organisez des activités en paires ou en sous-groupes. Ces activités d’apprentissage social permettront aux apprenants de se sentir moins isolés, ce qui contribuera à favoriser leur motivation, leur engagement et leur implication tout au long du parcours.

4. Soignez, simplifiez et structurez vos supports pédagogiques

Dans des parcours E-Learning, il vous faudra compenser votre absence présentielle par des contenus et supports pédagogiques diversifiés. La bonne nouvelle, c’est que cela permettra de mieux solliciter les styles d’apprentissage propres à chacun de vos participants.

Revers de la médaille par contre : vous devrez veiller à fournir des supports variés (vidéos, séquences audio, synthèses sous forme de PDF, animations, diagrammes…).

Vous devrez donc vous assurer de la qualité, de la cohérence et de la structure de vos supports. Si vous comptez par exemple réaliser des PowerPoints animés, je vous conseille fortement de vous initier à la conception de slides efficaces (voir par exemple les ouvrages de Garr Reynolds et Nancy Duarte : Presentation Zen, Presentation Zen Design, Slide:ologie).

5. Ne vous laissez pas impressionner par la technique

Enfin, et c’est peut-être le conseil le plus important de la liste. Si vous ne devez en retenir qu’un seul, retenez celui-ci : NE vous laissez PAS impressionner par la technique !

Je sais que c’est parfois LE stress principal des formateurs. Et pourtant, à l’heure actuelle, je peux vous assurer qu’il est plus simple (et gratuit) que jamais de mettre en place une plateforme E-Learning.

Je pense ici à des outils OpenSource tels que Moodle, Claroline, et même WordPress, auquel on pourra adjoindre l’extension BuddyPress.

Pour vos séances de chats vidéo/audio, Skype fera parfaitement l’affaire. Et si vous deviez passer à des systèmes plus professionnels (pour accueillir plus de participants par exemple), des solutions simples et relativement bon marché existent (telles que WebEx ou GoToWebinar).

L’avenir de la formation passera par l’E-Learning !

Avec ces 5 clés de succès, j’ai voulu vous synthétiser l’essentiel des éléments à prendre en compte pour réussir vos parcours de formation en ligne.

Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite plus que jamais à réfléchir à l’opportunité qui s’offre à vous : non seulement les formation en ligne vont poursuivre leur croissance dans les prochaines années, et en plus les aspects techniques ne vont faire que se simplifier.

N’hésitez donc pas à prendre le train de l’E-Learning en marche. Car c’est vraiment une solution sur laquelle il faudra de plus en plus compter !
[hr]

Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs « Echanges de compétences » organisé par le blog Copywriting Pratique. Si vous avez lu cet article, à combien l’évalueriez-vous sur 5 ? Cliquez sur la note de votre choix : 012345

9 éléments-clés à retenir à propos du E-Learning

Mardi dernier s’est tenue à Bruxelles une conférence intitulée «Tous les chiffres du e-learning : prenez vos repères pour 2012 !», organisée par l’ISTF – Institut Supérieur des Technologies de la Formation.

Durant cette conférence, 4 intervenants ont eu l’occasion de faire le point sur des données concrètes issues du monde de l’entreprise, du secteur public et des organismes de formation à propos de diverses thématiques liées à la formation en ligne : efficacité pédagogique, tendances et évolution, Serious Games, charges cachées…

L’occasion également pour l’ISTF de présenter les résultats d’une grande enquête menée en 2011 auprès de responsables de formations de 61 structures françaises et belges (majoritairement issues du secteur privé).

Je vous propose de parcourir ci-dessous 9 éléments-clés à retenir de cette conférence dédiée aux chiffres du E-Learning :

9 éléments-clés à retenir à propos du E-Learning suite à la dernière conférence ISTF à Bruxelles
Blended Learning, Social Learning, Serious Games : découvrez les 9 éléments-clés à retenir suite à la récente conférence organisée par l’ISTF à Bruxelles sur les chiffres du E-Learning.

1. L’externalisation des contenus reste encore la solution n°1

Si l’on constate une très forte externalisation des contenus pour les entreprises privées, la tendance s’inverse pour les organismes de formation. Ceci s’explique du fait de la présence de profils ad hoc au sein de ces structures.

Grâce aux outils auteurs de plus en plus abordables (en terme d’utilisation) et l’internalisation progressive des formations en entreprise, on pourrait constater une évolution de cette tendance dans les années à venir.

2. Le Serious Game séduirait de plus en plus

À l’heure actuelle, seules 4% des structures font appel aux Serious Games dans le cadre de leurs formations. Ceci peut se comprendre du fait des coûts de production et d’implantation encore relativement élevés, et du manque de données relatives au ROI par rapport à d’autres modes de formation.

La tendance pourrait toutefois s’inverser, le nombre de structures prévoyant de passer aux Serious Games dans les années à venir étant en augmentation : on passerait des 4% actuels à 18% de structures qui prévoiraient de se mettre aux Serious Games.

3. Le Social Learning commence à poindre le bout de son nez

Malgré des résultats prometteurs et une forte mouvance dans la sphère pédagogique ventant ses avantages et bénéfices, le Social Learning est encore peu réellement exploité.

Toutefois, il a au moins le mérite de faire son apparition là où on ne l’attendait pas forcément, et 66% des structures auraient l’intention de mettre en place une dynamique de ce type à moyen terme.

4. Le E-Learning : efficace pour former sur les savoirs purs

75% des structures estiment que les formations en ligne sont efficaces sur le plan pédagogique, dans le cadre de formations visant l’acquisition de savoirs (connaissances). Elles sont toutefois moins enthousiastes, dès lors qu’on aborde les savoirs-faire (53%) et les savoirs-être (8%).

En ce qui concerne ce dernier, le résultat ne me surprend pas étant donné l’isolement que peuvent ressentir les apprenants dans ce type de dispositif, et le fait que les conditions d’apprentissage (même en mode synchrone) ne permettent pas encore de franchir tout à fait la barrière relationnelle imposée par ce mode de formation.

5. Ce qui motive les apprenants : la qualité pédagogique, avant tout !

Vous serez peut-être surpris de lire que la qualité graphique et multimédia des ressources ne constitue un facteur motivationnel que pour seulement 5% des apprenants : en effet, 43% des apprenants disent être motivés avant tout par la qualité du contenu.

Leçon à tirer : évitez d’investir outre mesure dans le design et l’aspect multimédia de vos modules. Choisissez plutôt de développer en priorité la consistance et la qualité du contenu et des ressources mises à disposition de vos participants.

6. Le Blended Learning : un dispositif qui a de beaux jours devant lui

Du point de vue des apprenants, 34% d’entre-eux estiment que le E-Learning doit venir en complément des formations présentielles.

Ce chiffre complète celui proposé dans le récent Baromètre Européen du E-Learning : à savoir que le Blended Learning est déjà le dispositif le plus plébiscité par les entreprises (76%) et que 47% d’entre-elles souhaitent intensifier le recours à ce type de dispositif.

7. Comptez 83.000€ en moyenne pour jouer sérieusement

Si le record mondial de coût de développement d’un Serious Game est actuellement tenu par Pulse! (7.000.000€), la fourchette de prix peut varier classiquement entre 30.000€ (réalisation d’un jeu en flash) et 500.000€ (réalisation d’un jeu sur mesure pour une très grande entreprise).

À noter l’existence de 2 modèles pour calculer le coût potentiel d’un Serious Game : le modèle Simlinx et le modèle Succubus.

À vous de jouer !… 😉

8. Serious Game : on se dirige déjà vers une baisse des coûts

D’une part en raison de l’apparition de plusieurs outils auteurs spécialisés dans la conception de Serious Games, ce qui permet potentiellement aux entreprises intéressées de le développer en interne (voir par exemple le logiciel ITyStudio).

D’autre part en raison de la baisse générale des coûts de la technologie, le développement de Serious Games génériques et les possibilités pour les entreprises d’achats à la license.

9. Ne sous-estimez pas les charges cachées du E-Learning

Notamment les délais d’implantation d’un LMS (compter environ 3 mois de mise en service pour 7 mois de projet au total, depuis la phase d’étude de marché). Vu le coût financier de tels projets (entre 10 et 45.000€), il s’agit d’une étape à ne pas négliger ou bâcler !

Et ensuite bien sûr la phase de production des contenus, qui peut varier de 2 mois (production en interne) à 4 mois (production via prestataire extérieur).

Et vous, quel est l’élément ou le chiffre qui retient le plus votre attention ?

Sources :

7 outils en ligne et gratuits pour vous permettre d’assurer un suivi à long terme de vos participants

Si vous avez lu les articles publiés sur ce blog récemment, vous aurez sans doute compris que le meilleur moyen de favoriser un engagement durable de vos apprenants, c’est de mettre en place un système de suivi sur le long terme.

Ce suivi peut se réaliser en présentiel : il se fera alors sous forme de feedback en groupe ou en accompagnement individuel. Toutefois, pour des raisons de coûts et de timing, il peut également être intéressant de mettre en place un suivi en ligne.

Pour compléter l’article de ce lundi, je vous invite donc à découvrir ci-dessous 7 outils en ligne et gratuits pour vous permettre d’accompagner vos apprenants après votre formation :

7 outils en ligne et gratuits pour vous permettre d’assurer un suivi à long terme de vos participants
Découvrez 7 outils en ligne et gratuits pour vous permettre d’assurer un engagement durable et un suivi à long terme de vos participants en formation.

1. Le chat texte, audio ou vidéo via Skype

Est-il encore besoin de présenter ce formidable outil qui a révolutionné les appels en ligne ? Skype vous permet, entre autre, d’organiser des conférences vidéo en groupes (min.3 – max.10 participants). Tout ce dont vous avez besoin niveau matériel : un ordinateur, un casque-micro, une webcam, une connexion Internet… et le tour est joué !

Skype
Les conférences vidéo avec Skype vous permettent d'accueillir jusqu'à 10 participants en simultané.

De loin mon outil favori pour communiquer de manière visuelle, en groupe et de manière synchrone, s’il est impossible de se réunir en présentiel. D’autant plus que Skype est également disponible en version mobile, au cas où vous seriez en déplacement.

Cliquez ici pour télécharger Skype

2. Les HangOuts sur Google+

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Google+ est le nouveau réseau social développé par Google. Une de ses fonctionnalités, particulièrement séduisante, est le «HangOut» («vidéo-bulle» en français).

Tout comme Skype, ces vidéo-bulles permettent d’accueillir jusqu’à 10 participants en vidéo. Elles sont également disponibles en version mobile.

L’avantage des vidéo-bulles réside dans le fait que vous avez la possibilité de partager votre écran avec vos participants (par exemple, si vous devez présenter des diaporamas). Chose qu’il n’est pas possible de faire, à ma connaissance, avec Skype (le partage de documents est possible, mais pas l’affichage de votre écran).

[Edit: Il est désormais parfaitement possible de partager son écran via une conférence Skype]

Google+ HangOuts
Les vidéo-bulles de Google+ ont certainement un bel avenir devant elles.

Etant donné que Google+ en est encore à ses débuts, je n’ai pas eu l’occasion de tester les vidéo-bulles. Sur papier, l’initiative me semble en tout cas prometteuse.

Seule condition pour les utiliser ? Disposer d’un compte Google et se créer un profil Google+ !

Cliquez ici pour vous créer un compte Google

3. Les groupes privés sur Facebook

Certains risquent de grincer des dents. Et pourtant, il est tout à fait possible de tirer parti des fonctions sociales de Facebook pour réunir vos participants. Comment ? En créant un groupe privé.

L’avantage de cette solution : il est vraisemblable que la majorité de vos apprenants disposent déjà d’un profil Facebook. Ils sont donc déjà présents sur la plate-forme. Le seul frein pourrait venir d’une volonté de ne pas mélanger vie privée et professionnelle.

4. Les groupes d’échanges sur LinkedIn

Même principe que ci-dessus, à l’exception que LinkedIn est une plate-forme de réseau social à visée clairement professionnelle. Donc pas de mélange de genres ici : on reste clairement en dehors de toute interaction avec votre vie privée.

LinkedIn
Créez un groupe d'échanges sur LinkedIn pour des partages professionnels.

5. Les plate-formes LMS OpenSource

Les plate-formes E-Learning ont beaucoup évolué ces dernières années. Elles permettent désormais de mettre complètement en oeuvre des activités d’apprentissage et de suivi collaboratives : chat, forums, wikis…

Une solution de choix pour un suivi synchrone et asynchrone, si vous disposez des structures nécessaires en terme d’hébergement. Avec les chats vidéo Skype, c’est certainement la solution que je préconise.

Au niveau choix de LMS, tout dépend de votre budget. Si vous êtes à la recherche de plate-formes gratuites (et OpenSource pour ne rien gâcher), je vous conseille vivement Moodle ou Claroline.

Cliquez ici pour télécharger Moodle | Cliquez ici pour télécharger Claroline

6. Les forums en ligne

Si votre seul et unique objectif est de mettre en place un suivi asynchrone (avec éventuellement quelques fonctionnalités de partage de ressources), vous pouvez également vous limiter à l’installation d’un forum. En terme de solution gratuite et OpenSource, je vous recommanderais à ce moment-là de vous tourner vers phpBB.

phpBB
Utilisez un forum de base avec phpBB pour des échanges purement asynchrones.

Cliquez ici pour télécharger phpBB

7. Les blogs

Enfin, et c’est sans doute la plate-forme que je recommanderais le moins, c’est d’utiliser un blog comme support au suivi de vos apprenants. C’est gratuit (et toujours OpenSource) et vous pouvez le créer en moins de 5 minutes. Pour créer votre blog, direction WordPress (ou Joomla, mais qui est clairement plus une usine à gaz).

WordPress
Solution la moins recommandée : créez un blog avec la plate-forme WordPress.

Cliquez ici pour créer votre blog WordPress

Voici ce que je vous invite à faire dès maintenant :

  • Si vous n’avez pas encore mis en place de suivi à long terme de vos apprenants, commencez dès à présent à réfléchir au système qui conviendrait le mieux à votre formation. Rappelez-vous : sans engagement ni suivi durable, l’efficacité pédagogique de vos formations s’en fera fortement ressentir.
  • Une fois que vous avez défini votre système de suivi, choisissez les supports et outils qui vous semblent répondre à vos besoins et aux attentes de vos participants.

Je vous invite évidemment à venir faire part de vos retours dans les commentaires ci-dessous ! 😉

7 clés de succès pour optimiser les dispositifs E-Learning dans votre entreprise

Dans un article précédent, je vous proposais de découvrir le Top 5 et le Flop 5, soit les principaux avantages et inconvénients, liés aux formations à distance. Parmi les freins et obstacles rencontrés face au E-Learning 2.0, je pointais entre autres la communication entre apprenants, la place de la formation en contexte professionnel ainsi que la diffusion des contenus et informations.

Pour poursuivre sur cette lancée, je vous invite à découvrir à présent 7 clés de succès afin d’assurer le bon fonctionnement de vos parcours E-Learning au sein de votre entreprise :

7 clés de succès pour optimiser les dispositifs E-Learning dans votre entreprise
Découvrez 7 clés de succès pour optimiser les dispositifs E-Learning dans votre entreprise et éviter l'échec de votre formation en ligne.

1. Maximiser les possibilités d’interactions, de partages et d’échanges

Il s’agit d’un point crucial : la démotivation des participants est le premier facteur d’abandon dans les formations en ligne. Parmi les éléments influençant le plus cet abandon, le manque de contacts et d’interactions est celui qui revient le plus souvent.

L’importance des relations sociales n’est donc plus à démontrer : pour réussir votre formation et prévenir les risques de démotivation des apprenants, il est primordial de donner à vos participants l’occasion d’échanger entre eux, de poser leurs questions et d’y répondre. Plusieurs outils sont à votre disposition pour cela : forums, messageries instantanées, classes virtuelles et systèmes de visioconférence.

2. Organiser des travaux d’équipe et la co-construction d’outils

Dans la continuité du facteur précédent, organiser des travaux d’équipe permettra de générer davantage d’engagement de la part des apprenants, et aussi favoriser une meilleure dynamique de groupe virtuelle.

Au niveau des outils disponibles, on retrouvera le panel cité dans le point précédent, auquel on pourra rajouter des systèmes de travail collaboratif, tels que les wikis et le partage de documents. On pourra ainsi demander aux participants de réaliser une synthèse sur un thème spécifique ou encore de construire ensemble leurs propres outils. Attention toutefois de proposer des tâches suffisamment intéressantes et réalistes en terme de timing.

3. Prévoir du temps de formation sur le lieu de travail

On considère trop souvent à tort que les employés prendront du temps sur leur vie privée pour se former. Prévoyez donc, au moment d’implanter la formation dans l’entreprise, d’obtenir l’accord et le consentement des managers et responsables d’équipes pour que les employés disposent du temps nécessaire à consacrer à leur formation sur leur lieu de travail : un préalable indispensable en termes de communication interne pour éviter un sabotage de la part des N+1.

4. Ne pas « gaver » vos apprenants

Les formations « en entonnoir » sont à proscrire, au risque de provoquer chez les participants une sévère indigestion ! Tout comme dans les formations en présentiel, veillez donc à respecter une certaine cohérence au sein des séquences d’apprentissage et évitez de disperser des tonnes d’informations de manière condensée. Cela se traduirait par une inévitable surcharge cognitive, et des résultats totalement contre-productifs en terme d’apprentissage.

5. Mettre en place un dispositif de formation mixte

Si vous disposez de ressources humaines suffisantes et si le contexte géographique le permet, n’hésitez pas à inclure dans votre formation une ou plusieurs séances en présentiel. Vos participants auront ainsi la possibilité d’échanger et de partager entre eux de vive voix et en face à face, ce qui contribuera à une meilleure dynamique de groupe et une ambiance plus chaleureuse.

Idéalement, prévoyez de mettre en ligne les contenus plus « théoriques » et de réserver les séances en présentiel pour les échanges ainsi que les partages d’idées et d’expériences entre apprenants.

6. Prévoir des supports pédagogiques variés

Un des aspects les plus bénéfiques de l’E-Learning, c’est de pouvoir faire profiter à vos participants de la magie des technologies de l’information et de la communication. Une séquence en ligne réussie et adaptée sera ainsi constituée d’un mélange digeste de plusieurs médias : séquences audio et vidéo, photos et présentations commentées, schémas et diagrammes sous forme d’animation, etc.

Les cerveaux droits et gauche de vos apprenants n’en seront que plus satisfaits. Et pas besoin pour cela d’utiliser des suites logicielles ou du matériel hors de prix : un simple micro, une petite caméra et une utilisation judicieuse de PowerPoint ou Keynote feront amplement l’affaire !

7. Continuer à vous former et combattre vos a priori

Messieurs les formateurs, est-il nécessaire de vous conseiller de vous former ? Personnellement je le pense (sans aucune méchanceté ou sarcasme de ma part). Comme le faisaient justement remarquer les commentaires de cet article, les formateurs ont trop souvent des a priori ou de stéréotypes concernant l’E-Learning et les nouvelles technologies.

Pourtant, utilisées à bon escient, elles peuvent constituer un levier qualitatif et apporter une réelle valeur ajoutée à votre dispositif pédagogique. Et, comme dans les formations en présentiel, les parcours E-Learning nécessitent un suivi de la part des formateurs, afin d’éviter que les apprenants ne se sentent abandonnés à leur triste sort. Pour ne pas paraphraser Morpheus, mon conseil serait donc « Free Your Mind ! » et « Don’t Be Afraid ! ».

Une charte pour la qualité des parcours E-Learning

Pour créer les conditions et le développement de parcours E-Learning de qualité, l’AWT – L’Agence Wallonne des Télécommunications – a mis en place un label de qualité E-Learning.

Je vous invite à découvrir cette charte en détails directement sur le site de l’AWT.