Comment captiver et maintenir l’attention de vos apprenants en formation : la règle des 10 minutes

Comment captiver et maintenir l'attention de vos apprenants en formation : la règle des 10 minutes

Comment capter et maintenir l’attention de votre public en formation avec la règle des 10 minutes ?

En tant que formateur, l’un de nos objectifs majeurs sera de faire passer notre message et de favoriser le passage à l’action de nos participants, notamment en transmettant un certain contenu.

Pourtant, nous sommes tous confrontés à une réalité non négociable : le cerveau de nos apprenants n’est pas configuré pour ingérer une quantité infinie d’informations en un temps limité.

Ainsi, si votre fonctionnement actuel consiste à faire tenir votre contenu en 250 slides et à les faire passer en une journée, attendez-vous à ce que vos participants décrochent rapidement et soient victimes de surcharge cognitive.

De plus, en tant que formateur, nous sommes confrontés à une autre difficulté : la nécessité de capter l’attention et de la maintenir durablement tout au long de notre formation, afin que le message principal passe et soit retenu.

Dans son livre « Les 12 lois du cerveau », le neurobiologiste John Medina indique que la capacité d’attention maximum d’un étudiant en cours est de 10 minutes. Autrement dit, et transposé en contexte de formation : si vous ne faites rien pour relancer l’attention de vos participants, au bout de 10 minutes, vous risquez fortement de le voir pointer du nez.

[Tweet « Pour captiver vos apprenants en formation, relancez leur attention au moins toutes les 10 minutes. »]

Comment favoriser l’attention des participants en formation ?

1. Suscitez leurs émotions

Si je vous pose la question « Où étiez-vous le 11 septembre 2001 au moment où vous avez appris l’effondrement des tours jumelles à New York ? », il y a de fortes chances que vous puissiez me répondre précisément où vous étiez, avec qui vous étiez, ce que vous étiez en train de faire, le temps qu’il faisait à l’extérieur…

80 à 90% des participants que j’interroge en formation à ce sujet sont en mesure de répondre précisément à ces éléments. L’impact émotionnel suscité par cet événement aura probablement marqué leur mémoire à long terme, tout comme vous j’imagine.

Loin de moi l’idée de vous proposer de susciter une telle charge émotionnelle durant vos formations… pas sûr que ce soit réellement bénéfique 😉

À tout le moins, essayez de ponctuer votre discours et votre scénario pédagogique d’éléments émotionnels susceptibles de conscientiser et de capter l’attention de vos apprenants.

2. Donnez du sens à l’apprentissage

Comme le démontrait Simon Sinek lors de sa conférence TED « How Great Leaders Inspire Action », le succès de grandes entreprises ne consiste pas, dans un premiers temps, à expliquer « Comment » ils peuvent résoudre les problèmes de leurs clients, mais bien « Pourquoi » ils peuvent le faire. On parle alors de transmission de valeurs auprès du public-cible.

Il en va de même en formation : plutôt que de donner des recettes et de dire d’emblée aux apprenants « Comment » ils doivent réaliser une tâche, ou se comporter… éveillez plutôt chez eux la curiosité et l’intérêt en leur faisant vivre une expérience, en essayant de partager avec eux « Pourquoi » il est important de faire telle chose, de se comporter de telle façon…

3. Evitez le multitâches

Ces dernières années, j’ai souvent entendu certains discours à propos des apprenants de la nouvelle génération (la génération Y). Une des caractéristiques fréquemment citées à leur sujet (pour ne pas dire un stéréotype) : leur faculté à pouvoir jongler entre plusieurs tâches en même temps.

Autrement dit, ce que d’autres avant moi appellent le mythe du multitâches, ou du 100% connecté !

Car il s’agit bien d’un mythe, toutes les études sont formelles à ce sujet : si on peut éventuellement penser qu’écouter de la musique en étudiant ne pose pas trop de souci (et encore ça dépend quel type de musique, même la musique classique !), il est illusoire de croire qu’on puisse être attentif au discours de quelqu’un pendant qu’on rédige un SMS ou qu’on consulte ses e-mails.

4. Laissez leur du temps pour digérer

Ca peut sembler évident, et pourtant… prévoyez suffisamment de temps dans votre déroulé pour leur permettre d’intégrer les informations reçues. J’en profite pour m’envoyer à moi-même un rappel à ce sujet, la gestion du temps n’étant pas toujours mon fort 😉

Comment mettre en place concrètement la règle des 10 minutes ?

Ce sera l’objet du prochain article, dans lequel j’aurai l’occasion de partager avec vous quelques idées (non exhaustives) pour vous aider à faire varier votre discours et votre scénario pédagogique.

Et vous, que mettez-vous en place concrètement dans vos formations pour relancer l’attention de vos apprenants ?

Partagez votre réponse en laissant un commentaire ci-dessous »

[hr]

Source :
J. Medina (2010). Les 12 lois du cerveau. Paris: LEDUC.S Editions